Facebook

 

Paroles de la chanson «Vendredi 13» par Tagada Jones

Ce soir, Ă  grand coup de rafales
Un commando suicide frappe la Capital
L'ennemi, en plein cƓur de Paris
Massacre et décime dans une grande frénésie

Les cibles, tombent sous les balles
A part, ils croisent le chemin
Du regarde vide, glacial et assassin
Du soldat radical, de la haine viscérale

Je garde cette image d'horreur et d'effroi
A jamais gravé en moi
Tous ces corps qui tombent pour sa charia
Et qui ne se relĂšveront pas

Et personne, nan personne ici bas
Ne pourra oublier tout ça
Et personne, nan personne ici bas
Ne pardonnera quoi que ce soit

Je garde cette image d'horreur et d'effroi
A jamais gravé en moi
Tous ces corps qui tombent pour sa charia
Et qui ne se relĂšveront pas

Au nom de qui, au nom de quoi
Pourrions-nous justifier tout ça?
Tous debout, nous ne céderons pas
Aucun prophÚte n'a jamais voulu ça!

DEBOUT, nous ne céderons pas!
DEBOUT, nous ne céderons pas!

Je garde cette image d'horreur et d'effroi
A jamais gravé en moi
Tous ces corps qui tombent pour sa charia
Et qui ne se relĂšveront pas

DEBOUT!!
DEBOUT!!

 
Publié par 5195 1 2 6 le 2 août 2020, 09:11.
La Peste et le Choléra [Ep]
Chanteurs : Tagada Jones

Voir la vidéo de «Vendredi 13»

Dire «merci» pour cette traduction Corriger une erreur
 

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

CaractĂšres restants : 1000