Facebook

 

Paroles de la chanson «Cuba sí» par Jean Ferrat

La nuit quand je m'en vais Ă  rĂȘve dĂ©couvert
Quand j'ouvre mon écluse à toutes les dérives
Cuba dans un remous de crocodile vert
Cuba c'est chez toi que j'arrive

Je rencontre un vieux nÚgre aux yeux de bois brûlant
Assis devant la mer grain de café torride
Le front dans le soleil il me montre en riant
LĂ -bas, les cĂŽtes de Floride

REFRAIN

Cuba, Cuba, Cuba sĂ­
Cuba, Cuba sĂ­
Cuba, Cuba, Cuba sĂ­
Cuba, Cuba... sĂ­

Il dit j'ai vu Harlem il dit j'ai vu New-York
Et noir j'avais si peur devant les chiens Ă  nĂšgres
Que j'aurais préféré la peau rose d'un porc
Collée sur ma poitrine maigre

Et maintenant Cubain pauvre comme Cuba
Je suis libre et ma femme a la couleur du sable
S'il n'y a rien Ă  manger on danse la conga
Mais les chiens restent sous la table

REFRAIN

Adieu Cuba adieu mon rĂȘve Ă  la peau brune
Mes Ă©perons d'argent sonnent sur tes galets
Et mon cheval rĂȘvĂ© qui renifle la lune
Piétine déjà l'eau salée

Que je devienne un jour un vieux singe ridé
Que le ciel de Cuba se brise comme verre
Je sais que l'on peut vivre ici pour une idée
Mais ceci est une autre affaire

REFRAIN

 
Publié par 42335 4 4 6 le 10 mars 2014, 13:36.
Les Talents du SiĂšcle Vol. 2 - Best Of Jean Ferrat
Chanteurs : Jean Ferrat

Voir la vidéo de «Cuba sí»

Dire «merci» pour cette traduction Corriger une erreur
 

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

CaractĂšres restants : 1000