Facebook

 

Musique classique et musique contemporaine peuvent faire bon ménage !

Musique classique et musique contemporaine peuvent faire bon ménage !

Ou les meilleurs samples de la musique classique utilisés dans des chansons contemporaines...

En introduction, en ligne mélodique ou rythmique, juste quelques notes ou la séquence entière, les grandes œuvres de la musique classique inspirent de nombreux artistes contemporains.

Dans le rap et le r’n’b

NAS (feat. Puff Daddy) – Hate Me Now
Le sample est court et léger, en tâche de fond permanente de ce titre très connu de NAS. On reconnaît bien les quelques notes de "O Fortuna", l’un des morceaux les plus emblématiques de "Carmina Burana", l’œuvre de Carl Orff. Il est dédié à Fortune, la déesse romaine de la chance.
Léger mais pourtant puissant, ce sample rajoute de l’intensité bien que le texte du rappeur n’ait aucun rapport avec la thématique de la chance.

NAS – I can
Le rappeur américain puise son inspiration dans les grands classiques et n’hésite pas à reprendre une séquence de la célèbre "Lettre à Elise" de Beethoven dans sa chanson "I can". Plutôt pour les enfants, le titre est composé de paroles positives dans lesquelles NAS invite les enfants à ne pas toucher aux drogues en prenant exemple sur des icônes de la communauté afro-américaine. La musique lumineuse du grand compositeur s’accorde parfaitement avec le texte optimiste et clairvoyant, même si le mélange des genres peut en surprend plus d’un.

Sweetbox – Everything’s gonna be alright
Sorti en 1997, ce titre du groupe Sweetbox s’est classé dans les 5 premiers en Europe non seulement grâce à la voix voluptueuse de Tina Harris mais également par l’intégration d’un sample de musique classique : "l’Ouverture de la suite n°3 en ré majeur" de Jean-Sébastien Bach. Pour la petite histoire, il ne s’agit pas simplement d’un sample audio introduit dans la mélodie, c’est véritablement l’orchestre symphonique allemand qui a joué la pièce classique pendant l’enregistrement de la chanson, apportant plus d’authenticité et de force au texte poétique du morceau.

Eminem – Brainless
Même si "Branless" n’est pas le titre le plus percutant de l’album "The Marshall Mathers LP 2", sorti en 2013, il a au moins l’originalité de reprendre un sample de Bach, "Toccata et fugue en ré mineur", l’une des œuvres pour orgue les plus connues au monde. Les sonorités du piano remixées et mises en boucle servent également de rythmique au morceau. Au niveau des textes, Eminem crache son venin sur son enfance violente contrastant avec les notes lumineuses du compositeur allemand.

Alicia Keys – Piano and I
On ne peut parler de sample de musique classique reprise dans le r’n’b sans parler de ce magistral tube d’Alicia Keys : "Piano and I". Issu de son premier album "Song in A minor", ce titre intègre quelques notes de la "Sonate au Clair de Lune" de Beethoven. Connaissant les talents de l’artiste et sa formation en musique classique, personne n’est surpris de retrouver tout au long de la carrière d’Alicia Keys, des références aux œuvres classiques ou à l’iconographie de la musique classique. On pense notamment à la pochette d’album où la pose de la jeune femme s’inspire de la photographie du "violon d’Ingres" de Man Ray.

Nadiya - Amies Ennemies
Les artistes r’n’b françaises montrent aussi qu’elles puisent leurs inspirations dans les grandes œuvres de musique classique. La chanteuse Nadiya intègre ainsi "l’Opus 64 en ut dièse mineur" de Frédéric Chopin, au piano en introduction de son single "Amies Ennemies", mais aussi en version r’n’b tout au long du morceau.

En Variété française

Maurane – sur un Prélude de Bach
Rendue éternelle par cette chanson magnifique, Maurane rend hommage non seulement à la ville du Havre dans les paroles de la chanson, mais aussi au compositeur Jean-Sébastien Bach par l’intégration du "Prélude n°1 en ut majeur". La composition lumineuse des notes en fond sonore contraste avec les paroles empreintes de nostalgie et de tristesse.
Issu de son album "Ami ou Ennemi" sorti en 1991, "Sur un prélude de Bach" marquera un tournant dans la carrière de la chanteuse belge.

Johnny Hallyday – Poème sur la 7ème
C’est l’un des premiers titres de Johnny Hallyday, sorti en 1970 sur son album "Vie". Presque oublié du répertoire du grand rockeur, cette chanson est plus un poème mélancolique déclamé sur la "Symphonie n°7" de Beethoven, d’où le titre… On ne comprendrait pas bien les paroles sous forme de monologue interrogatif, si l'on n'en connaissait pas les références. En effet, ce texte fait référence à la destruction de la nature et du paysage, suite au bombardement nucléaire d’Hiroshima. La chanson sonne comme un requiem de la nature face à la destruction des hommes.

France Gall – Poupée de cire, poupée de son
Ecrite par Serge Gainsbourg, cette chanson interprétée par France Gall pour l’Eurovision en 1965, et qui remportera la compétition pour le Luxembourg, renferme une séquence du mouvement prestissimo de la "Sonate pour piano n°1" de Beethoven. Serge Gainsbourg amoureux de la musique classique, a souvent inséré des séquences classiques au cours de sa carrière, comme par exemple, "Initiales BB" intégrant le 1er mouvement de la "Symphonie n°9" d’Antonin Dvoràk.
Du coup, on n’est pas surpris de retrouver ce chef d’œuvre de la musique classique dans la chanson de France Gall.

Michel Sardou – La Maladie d’Amour
Sorti en 1973, l’un des plus grands succès de Michel Sardou, lui aussi, ne fait pas exception à la règle et doit peut-être sa popularité au thème mélodique d’une grande partition de la musique classique. "La Maladie d’Amour", le 4ème titre le plus vendu de Michel Sardou, reprend en introduction, la ligne harmonique du "Canon de Pachelbel", pièce de musique de chambre baroque de Johann Pachelbel.

Dans la pop

Lady Gaga – Alejandro
En introduction de cette chanson sortie en 2010, issue de son 2ème album studio, Lady Gaga a intégré quelques notes de la Czardas, inspiré des danses traditionnelles hongroises, et seule œuvre populaire du compositeur italien peu connu, Vittorio Monti. La mélodie classique au violon contraste complètement avec les rythmes europop et la musicalité presque disco de la suite du morceau. Pour la chanteuse américaine, Alejandro est une représentation musicale de "sa peur du monstre des hommes".

Robin Thicke – When I get you alone
Premier single de Robin Thicke sorti en 2002, "When I got you alone" est basé sur le 1er mouvement de la 5ème symphonie de Beethoven. En introduction en version classique et ensuite en rythmique harmonique tout au long de la chanson, la 5ème Symphonie de Beethoven était l’une des œuvres les plus marquantes de son époque et reste encore à ce jour, l’une des séquences de musique classique les plus samplées dans des singles de musiques actuelles.

Céline Dion – All by myself
Ce grand succès de 1995 de la chanteuse canadienne est une reprise du même single d’Eric Carmen sorti en 1975, intégrant le concerto pour piano n°2 en do mineur de Rachmaninov. Pour la petite actu "people", Céline Dion raconte dans sa biographie que cette brillante reprise et la note haute et puissante qu’elle contient, n’ont pu voir le jour que grâce à une dispute avec son mari René.

Justin Timberlake – Hair Up
Dès les premières notes de la chanson, tout le monde reconnaît la mélodie "Dans l’antre du roi de la montagne" de la pièce musicale Peer Gynt d’Edvard Grieg. Enregistrée pour le film d’animation Trolls, on ne peut s’empêcher de faire la relation avec le drame poétique puisque le héros est entraîné dans le monde des trolls. Drôle de coïncidence !

Dans le rock

Evanescence – Lacrymosa
Issu de l’album "Open Door" sorti en 2006, du groupe américain de rock métal Evanescence, "Lacrymosa" intègre une séquence du "Requiem Lacrimosa" de Mozart. Le groupe accompagné d’une chorale et d’un orchestre, ont réalisé l’enregistrement du morceau dans une chapelle, afin de conserver la réverbération et l’intensité du Requiem, œuvre non achevé de Mozart qui servira d’ailleurs à son propre enterrement.

The Who – The Who sell out
Dans le cas de cette chanson du groupe The Who, il ne s’agit plus de sample de musique classique mais bien d’une reprise pure et simple en version instrumentale rock du célèbre "Hall of the mountain King" (Dans l’antre du roi de la montagne) de la pièce dramatique et musicale Peer Gynt d’Edvard Grieg.

 
Publié par 5481 1 1 4 le 1 août 2019, 14:54.

Vos commentaires

Aucun commentaire pour le moment

Caractères restants : 1000